La Reproduction Naturelle Aménagée du brochet

Dans certains plans d’eau de Tarn-et-Garonne, la reproduction naturelle du brochet étant difficile, la FDAAPPMA82 met en place une démarche de reproduction naturelle aménagée. Cette approche consiste à faciliter la reproduction des brochets par l’installation des frayères artificielles, ou au pire des cas par le soutien des populations naturelles.

 


Comment fonctionne une frayère artificielle ?

Le brochet est une espèce phytophile, c’est-à-dire qu’elle utilise les végétaux comme support de ponte. Malheureusement, les plans d’eau en Tarn-et-Garonne manquent souvent de végétaux aquatiques. Une reproduction suffisante du brochet pour conserver l’équilibre de la population en place y est rarement atteinte. Il faut donc aider la nature en lui fournissant des alternatives temporaires. Une frayère artificielle est composée d’un ensemble de brosses, montées sur un cadre rigide, qui s’apparentent à des végétaux pour servir de support aux oeufs.

 

 

 

Dans quels plans d’eau sont installées ces frayères à brochets ?

Les plans d’eau de Balat-David à Montauban, de Cordes-Tolosanes, et de Camp de Mothes à Finhan ont reçu des frayères artificielles, installées par les AAPPMA concernées et la Fédération. La FDAAPPMA82 a également installé ces dispositifs sur les plans d’eau de Pompignan et de Nohic. Enfin, l’AAPPMA de St-Antonin-Noble-Val expérimente cette démarche dans un cours d’eau : des frayères ont été installées dans le bras mort de Teussac sur l’Aveyron.

 

 

 

 

Faut-il obligatoirement déverser des brochets juvéniles ?

Selon le milieu et le dynamisme de la population piscicole locale, il peut-être envisageable de soutenir la reproduction avec des déversements de juvéniles, mais ce n’est pas toujours nécessaires ou judicieux. Les brochets adultes supportent mal les manipulations et leur taux de survie, une fois déversés dans un nouveau milieu, est très faible (forte vulnérabilité). Plus les brochets sont introduits jeunes, plus le taux de survie jusqu’à l’âge de reproduction est important.

On peut ainsi utiliser soit des brochetons, c’est à dire âgés de 6 à 8 mois et mesurant une trentaine de centimètres, qui sont remis à l’eau à raison d’un individu tous les 30 mètres de rive, soit des fingerlings, c’est à dire à dire des alevins âgés de 6 à 8 semaines et mesurant de 5 à 10 cm, dont 1 spécimen est déposé tous les 10 mètres. Cette solution s’avère la plus efficace.

Une fois en âge de reproduction (2 ans), ces individus pourront utiliser les frayères naturelles ou artificielles.

 

A partir de quel âge un brochet est au mieux de sa capacité de reproduction ?

Les poissons ayant entre 3 et 4 ans sont au meilleur de leur capacité de reproduction. En règle générale, un brochet devient maillé au cours de sa 3ème année, mais la croissance varie de manière significative en fonction de la richesse du milieu. Une femelle de 2,5 kg peut pondre environ 310 000 œufs. Le taux de survie en RNA entre les stades ovocyte et fingerling étant de 4%, ce sont théoriquement près de 12 400 fingerlings qui peuvent se développer dans le plan d’eau, après s’être nourris du zooplancton et des invertébrés présents naturellement dans le bassin.

Une fois que le brochet est maillé, il a atteint sa plus haute capacité de reproduction, et celle-ci ne fera plus que décroitre. La Taille Légale de Capture est ainsi définie de manière à favoriser la reproduction de cette espèce, et pas pour la production de poissons spécimens dont la fertilité est faible et l’impact sur le stock de poissons capturables élevé.