A quoi ça sert ?

A pêcher en toute légalité et à adhérer à une AAPPMA (Association Agrée pour la Pêche et la Protection des Milieux aquatiques)

Pour pêcher sur le domaine public, sur les eaux libres et sur les lots gérés par les associations, chaque personne souhaitant pratiquer la pêche doit détenir une carte qui la fera automatiquement devenir adhérente à une A.A.P.P.M.A. Chaque pêcheur en possession de sa carte de pêche est donc membre d’une association et participe à la protection des milieux aquatiques et à la promotion du loisir pêche...

 

A financer la protection des milieux aquatiques

Une partie de la carte de pêche sert à financer, directement ou indirectement, des projets de protection des milieux aquatiques. Voici quelques exemples en Tarn-et-Garonne :

  • la réhabilitation d'une partie de la Barguelonne (le 3ème plus grand cours d'eau du département en kilomètres de berges),
  • la pose de frayères artificielles à brochets,
  • la restauration de bras mort sur la rivière Aveyron pour améliorer la productivité piscicole, notamment la reproduction du brochet, et pour créer des zones de biodiversité riche,
  • le déversement de fingerlings (brochetons de quelques cm qui ont un taux de survie plus important après introduction vis-à-vis de brochets de 2 ou 3 étés) dans les grands milieux, afin de soutenir les populations piscicoles.

 

A améliorer la gestion piscicole

La Fédération de Pêche de Tarn-et-Garonne incite de nombreuses AAPPMA à structurer leur gestion piscicole et conseille les collectivités locales sur les actions à mener pour améliorer la qualité des cours d'eau. Les principaux dossiers sont : 

  • le PDPG (Plan Départemental de Gestion Piscicole) : état des lieux de tous les plans d'eau et cours d'eau du département. Sert de support au PAN et d'outils d'argumentation auprès des AAPPMA et des collectivités,
  • le PAN (Plan d'Actions Nécessaires) : priorise les actions à mettre en place pour améliorer la qualité physique et physico-chimique des cours d'eau / plans d'eau du département,
  • les PGP (Plans de Gestion Piscicoles) : plan définit en concertation avec chaque AAPPMA pour améliorer la gestion des milieux aquatiques de leur unité de gestion (territoire des droits de pêche de l'AAPPMA) et pour améliorer la pêche.

 

A initier les enfants à la pêche

Chaque année, le monde associatif de la pêche en Tarn-et-Garonne initie plus de 1000 enfants à la pêche :

  • les interventions dans les écoles par l'animateur de la Fédération de Pêche : 2 séances en classe sur la biodiversité, l'écologie, les populations de poissons, etc. et 1 séance de découverte de la pêche au bord de l'eau,
  • les Ateliers Pêche Nature des AAPPMA : une dizaine d'AAPPMA réalise des séances de découverte et d'apprentissage de la pêche tout au long de l'année, aussi bien pour les enfants que pour les adultes, sur quasiment toutes les techniques de pêche,
  • les sorties pêche en famille : tout au long de l'été, des séances de découverte de la pêche en famille sont organisées sur tout le département par la Fédération avec l'appui de l'association de pêche locale.

 

A développer le loisir pêche

Des actions et des réflexions plus large sont lancées pour améliorer le futur de la pêche, aussi bien à court terme qu'à long terme :

  • création de postes de pêche,
  • création de parcours de pêche,
  • réalisation de déversements pour faciliter le pêche à des dates clés ou dans certains milieux,
  • recherche de droit de pêche.

 

A faire appliquer la loi pêche

Les Gardes Pêche Particulier et Fédéral veillent au respect de la loi pêche et à la sécurité des pratiquants. Ils sauront également vous renseigné sur la réglementation pêche en place. Créer en 2014, la police de la pêche en Tarn-et-Garonne, c'est :

  • 3 Gardes Pêche Fédéral (salariés assermentés),
  • 20 Gardes Pêche Particulier (bénévoles assermentés),
  • 9 agents de l'ONCFS qui interviennent à des dates clés,
  • plus de 1000 contrôles par an.